Apprendre à voler, ça n’est pas si compliqué, mais il faut être motivé !

Le parapente est chronophage et si votre souhait est de progresser pendant longtemps, voici 7 conseils non exhaustifs pour mieux comprendre les étapes à passer pour aller vers l’autonomie et faire de longs vols.

1. Réaliser un stage initiation

Faire un stage d’une semaine pour découvrir le parapente, c’est le tronc commun à tous les pilotes. Cependant, depuis 2017 environ, il existe une différence entre le stage initiation “classique” vs le stage initiation “monosurface”. Le seul critère qui va changer est le type de voile utilisé pour voler. 

Le choix du stage va donc dépendre de vos objectifs futurs de pratique: plutôt partant pour faire du marche et vol ? Dans ce cas, il faut privilégier les voiles monosurfaces plus légères et maniables. Envie de parcourir de longues distances en volant ? Alors un parapente classique permettra d’appréhender plus facilement vos futures voiles de performance.

Il est difficile en tant que débutant d’imaginer sa progression pour les années à suivre mais il doit bien y avoir une discipline qui vous attire plus qu’une autre ! 😉

voile arbre monosurface

2. Investir dans un pack de parapente

Passer l’étape de l’achat du matériel c’est comme confirmer son investissement à venir pour cette magnifique activité. Une fois la voile, la sellette, le secours et le casque sur le dos, les possibilités d’entraînement sont immenses !

Plusieurs solutions pour trouver votre bonheur existent:

  • Commander du matériel neuf à l’école qui vous a enseigné à voler.
  • Acheter le matériel d’occasion utilisé lors de votre stage.
  • Chercher du matériel d’occasion sur les sites de revente entre particuliers ou bien sur les groupes Facebook.

Cela dépendra bien sûr de votre budget et de ce qu’il y a à l’instant T sur le marché.

Dans tous les cas, pensez bien à demander le contrôle récent de la voile avant d’acheter une occasion et n’hésitez pas à tester en gonflage la voile ou faire un petit plouf avec !

3. Trouver un club

Être dans un club n’a que des avantages ! Demandez autour de vous ou bien dans votre école quels sont les clubs du coin. Vous pourrez regarder leurs sites internet et les activités qu’ils proposent et qui vont vous intéresser pour progresser. Atelier de pliage des secours, stage itinérant, cours théoriques, aide financière pour des stages SIV, le choix est large ! 
Généralement, le club choisi est celui des amis mais sachez qu’il est possible d’être dans différents clubs si vous le souhaitez. 

La cotisation se paie lors de la prise de votre licence FFVL, souvent autour d’une vingtaine d’euros à l’année.

4. S'assurer à la FFVL

L’étape qui officialise tout ! Être licencié FFVL c’est contribuer à la préservation des sites de vols, valider ses brevets tout en progressant, avoir accès aux stages et compétitions organisés par des moniteurs qualifiés en plus d’être bien assuré.
La licence se renouvelle tous les ans et coûte environ 130€.

Pour une première prise de licence, les étapes sont détaillées mais on vous a quand même créé une page pour vous aider !

5. S’entourer de pilotes passionnés

Si vous débutez le parapente, c’est souvent car certains de vos amis sont déjà pilotes… Mais ce n’est pas toujours le cas. C’est là que votre inscription en club va aussi prendre son sens: n’hésitez pas à participer aux sorties organisées ! Si parfois il vous manque la motivation, que vous avez envie de partager vos analyses et débriefing ou que vous cherchez un covoit’ pour découvrir de nouveaux sites; Trouver ses compagnons de vol, c’est la partie la plus importante de la progression !

6. Faire du gonflage (encore et encore)

La base des bases pour comprendre le fonctionnement de son aile en sécurité, au sol. Comme certains moniteurs disent: “une heure de gonflage équivaut à des heures de vol !”. Il ne s’agit pas seulement de maintenir la voile au-dessus de la tête une fois que le dos voile et le face voile sont maîtrisés. Le but est de changer les situations de vol de la voile; vrille, marche arrière, cobra et tant d’autres… Pour cela YouTube est une source incroyable de tutoriels (cf: le gonflage vent fort de Fab).
Alors prenez du plaisir, ça n’est pas en vain !

6. Enchaîner les ploufs

Une fois tous les outils en main, c’est le moment de répéter les gestes !

Vous comprenez de mieux en mieux votre aile et vous avez répété des décollages au sol des centaines de fois. Il est temps de s’entraîner à se diriger et à atterrir sur les pieds ! En commençant par des conditions calmes, votre objectif sera de maîtriser les phases importantes du vol pour aborder sereinement la suite de votre progression. Il s’agit de construire une base solide sans se faire peur.

La suite de l’histoire, c’est à vous de la créer !! Des stages, des voyages et des rencontres, la liste est longue !

Lorenza

Leave a Reply