Le cross

Quel es ce mot que j’entend dans toutes les bouches des parapentistes ?
Cela veux dire se déplacer en l’air et faire du chemin à l’aide de mon parapente (Cross-Country en anglais)

pilote au décollage
Pour réaliser de petits cross, il est judicieux d’avoir déjà un bon bagage technique :

Monter dans le thermique est le plus important, car on ne se déplace pas si on ne monte pas ! Simple non ?!

> Connaître les techniques basiques de descente, en cas de voisinage avec un nuage, ou tout simplement un désire d’aller poser rapidement.

> Savoir se poser dans des terrains non officiel.

> Il est important d’avoir l’esprit libre quand on vol en cross. Se dire que l’on est capable poser dans n’importe quel endroit, ou d’avoir une notion de taille d’atterrissage où l’on se sent à l’aise.

Une fois que l’on est à l’aise avec les premiers fondamentaux, la capacité de jugement du pilote rentre en jeu :

1. Je dois être relâché dans mes gestes de pilotage, mes actions de pilotages doivent être volontaire et non dues à des déséquilibres. Forcement, il y aura des temps forts ou notre corps et notre concentration devrons donner un maximum, mais il faut faire en sorte qu’il y ait des moments plus calmes pour se ressourcer, s’alimenter et observer. Ce rythme vas permettre au pilote une récupération et une meilleur gestion de son vol dans la durée.

2. Je dois avoir de bonnes notions des flux des brises dans les vallées et des points de raccrochage. Il existe bon nombre de tutos et de textes relatant des cross faciles de vos sites préférés.
Néanmoins il est important à ce niveau là d’avoir une bonne connaissance théorique pour comprendre les règles basique de l’aérologie. Le brevets de pilotes de la FFVL en sont la preuve de votre implication pour tendre vers cette pratique.

3. Préparer son vol. Lorsqu’on est pilote et que l’on veut avoir le moins d’imprévu, il est judicieux de s’être renseigner sur la faisabilité de ce que l’on prévois. Même les grands pilotes de distance ou les aventuriers de vol bivouac passent un bon temps en préparation sur les cartes Google-Earth avant un vol.

4. Au moment du vol, la chose la plus difficile à réaliser est de s’adapter à la situation, par rapport à ce que l’on avait prévu. Il est rare que tout se passe comme dans la préparation. La bonne gestion des imprévus est simple si tout est bien préparé à l’avance. Sinon beaucoup trop de paramètres en même temps bousculent votre cerveau et votre capacité de jugement s’en vois altérée.
C’est le cas classique qui pousse à l’incident ,voir pire.
Donc pour éviter ce genre de situations, dès que trop de questions restent sans réponses, je m’éloigne des zones complexes afin d’avoir un point de vue plus global. Si ce n’est pas possible, je dois aller me poser rapidement.

Le vol cross est le vol le plus existant et riche de notre pratique, il peut être abordé de différentes manières, performance en terme de km, ou de circuit à réaliser... Moi je le vois à chaque fois comme un voyage, une ballade de cailloux en nuages, de vallées en crêtes. Rappelons nous que c'est du luxe de pouvoir voler, alors profitez de ses instants magiques dans le monde des oiseaux.

Préparez, volez, montez, analysez, déplacez-vous et prenez du plaisir pour vous !

Fab

Leave a Reply